Crise politique et sociale au Tchad

Publié le

Ce qui est dit est dit et ce qui n'est pas dit est aussi dit.

Donc nous avons déjà dit et entendu l'essentiel mais comme d'habitude quand on parle de la situation politique du Tchad j'ai toujours quelque chose à dire.

Le grand philosophe Albert Camus disait : « mal nommer les choses c'est augmenter les malheurs du monde » ça veut dire que nous devons prendre notre courage à deux mains et nous poser la question de la transition, de l'avenir de notre pays est-il mener de façon correcte, sincère et avec responsabilité ?

Est-ce que tous les acteurs jouent leurs rôles ?

Est-ce que tous les mécanismes opèrent comme l’on le souhaitait ?

Pourquoi jusqu'aujourd'hui la transition ne fonctionne pas bien et les résultats sont nuls ni le DNI n'a eu lieu et aucun accord aux négociations avec les politico-militaires n'est signé ? Toute une panoplie de question à qui veut bien répondre.

Crise politique et sociale au Tchad

C'est inacceptable, il y'a quelque chose qui cloche.

Nos leaders se sont engagés encore dans la mauvaise voie et direction, en ne comprenant pas que  la question de l'unité ne peut pas se régler de façon dispersée que dans l'unité politique. Force est de constater que nous mettons en place des mécanismes a en ne point finir, des commissions et des comités extraordinairement et laxistes  pour éviter la question de l'unité politique , l’une des vrais chemin l'unité nationale donc le développement .

 

La vérité c'est que, il faut que nos dirigeants soient en phase avec les aspirations du peuple, le peuple est prêt non seulement pour la refondation de la république mais aussi  pour l'unité nationale et pour arracher leurs libertés longtemps confisquer.

Le Tchad est un État nain et non viable, après plus de 60 ans d'indépendance incapable, de garantir sa souveraineté alimentaire, militaire, économique, sanitaire, éducative, énergétique. La preuve a été donnée avec la COVID 19. L’on a découvert que nos hôpitaux n'ont pas plus 20 lits de réanimation pour 16 millions d'habitants. Ce qui prouve que pendant plus de 60 ans d'indépendance on n’a pas pu bâtir un système de santé fiable, efficace et performante .il est inadmissible que l’on puisse continuer avec un système qui étouffe, écrase et appauvrit le peuple pendant plus de 30ans.

Que les acteurs politiques, la société civile arrêtent c'est ce que l'on appelle le chevauché solitaire et puis régler tous nos problèmes.

 

Il nous faut mutualiser nos efforts, nos actions, nos combats et nos luttes. Il nous faut aller ensemble et bâtir des grands blocs au lieu de perdre du temps à vouloir coûte-que-coûte chacun dans son coin veut bâtir une république et un État de droit et fort. C’est tout simplement chose impossible.

L'histoire a montré que ça ne marche pas comme disait l'autre «  ça ne marche pas, ça n'a pas marché et ça ne marchera jamais » donc le verdict de l'histoire est clair. Nous ne pouvons pas être un pays pétrolier et avoir une richesse non estimable en ressource énergétique solaire et avoir de l'électricité soit un luxe et avoir la ressource la plus essentielle dans la construction du pays qui est la jeunesse et continuer à marcher sur du pétrole, de l'or etc... Et dire au reste du monde qu'on est le pays le plus pauvre du monde.

Dire qu'on est un pays pauvre est un langage de défaite que tout le peuple tchadien dans son ensemble doit refuser.

Donc notre débat public c'est quoi, le développement, la paix, la stabilité, la justice, l'éducation, la santé, la sécurité et l'unité nationale oui et si on le fait depuis des décennies et ça ne marche pas et le résultat c'est zéro c'est qu'il y a quelque chose qui ne marche pas.

Je me demande quand est-ce que le peuple va se réveiller un jour ?

Si oui  il faut éviter le réveil brutal c'est quand la jeunesse se réveil et décide de déferlé et trouver de solution ça sera trop tard.

Le temps de la rupture avec le système qui écrase le peuple a sonné. Le néocolonialisme et la France-Afrique est révolu, le peuple tchadien souffre.

Quand est-ce que le peuple tchadien va se réveiller ?

Ce que nous dénonçons et écrivons sont excellent mais tant que nous n'avons pas une vision stratégique commune de comment sortir notre pays de cet imbroglio nous ne tournerons qu’en rond, tant qu'on continue la lutte, le combat en ordre disperser. C’est ce que l'ancien Président Sénégalais Abdoulaye Wade disait a son époque a appelé de «la compétition ruineuse entre nous, on ira nulle part ». Pendant ce temps le peuple tchadien va souffrir, être écrasé par une minorité au pouvoir et réduit en esclavage.

Si nous sommes unis et solidaire dans nos luttes et combat pour la justice, la  liberté, la démocratie et le développement, vous verrez bien qu'on serait un pays développé, un État de droit.

Pourquoi nous ne voulons pas d'être parmi les pays développé et émergent ?

Pourquoi nous attendons le classement de 180e, 181e, 183e pays pauvre au monde ?

C'est comme si nous sommes heureux a la queue, il est temps de rompre avec le système tyrannique, mafieux, corrompu et sous les ordres de la France.

Ceci n'est pas un débat d'un tel militant ou pro tel, c'est un avis d'un inconditionnel patriote et citoyen.

 

Hisseine Abdoulaye (juriste analyste politique) Pour le crieur public

Publié dans Politique Tchadienne

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article