Quelle est la valeur ajoutée du Maréchalat de famille ITNO ?

Publié le par Crieur public

Quelle est la valeur ajoutée du Maréchalat de famille ITNO ?

 

#Tchad pays de merde ! Véritable consécration de cette déclaration de Donald Trump en cette journée du 11 août 2020.

Au moment où des milliers des #Tchadiens du Nord au Sud et de l’Ouest à l’Est manquaient de l’eau potable pour boire, des dispensaires pour s’y soigner, des salles de classe pour préparer les élites de demain, c’est ce temps de vaches maigres que le régime de Bamina, la famille ITNO avait choisi pour dilapider, jeter par les fenêtres l’argent des contribuables gagné au prix de leurs vies,

C’est au moment où sous d’autres cieux des responsables conscients et soucieux de leurs concitoyens passent des nuits blanches pour murir la réflexion en vue d’éradiquer la #Covid_19 que le Maréchal de Berdoba et ses sbires passent le clair de lune pour jubiler, ricaner et célébrer leur butin de guerre,

C’est au moment où des responsables visionnaires multiplient les stratégies pour diversifier les sources de revenus afin de surmonter la crise économique et renflouer les caisses de l’Etat que le Berger de Berdoba avait instruit son garçon de cour (ministre de Finances) de vider les caisses de l’Etat pour confectionner sa tenue de #Marechal et organiser la ripaille pour les convives à la cérémonie de son intronisation,

Même si c’est 60 ans de dépendance qu’il faut célébrer ce 11 août 2020, la journée du 11 août reste historique pour les dignes fils du Tchad et ne pourra nullement être cumulée avec une quelconque cérémonie ne serait qu’un Maréchalat pour des honneurs d’un individu qui aurait consacré sa vie pour les Tchadiens.

11 août 2020, la bêtise de Deby a atteint son paroxysme. Je n’ai pas demandé être nommé Marechal. Quelle insulte pour un peuple qu’on prétend servir et lui consacrer sa vie. Quel est l’intérêt du Tchadien lambda dans ce titre de dignité pour dépenser des milliards pourtant le pays fait face à des grands défis de l’heure ?

A l’aube de ce 11 août 2020, les tchadiens avaient reçu un coup de BATANGAÏ en pleine tête. La nature d’une manière désintéressée a manifesté sa colère. Le fleuve Chari a arrêté de couler, le coq du matin a arrêté de chanter, les anges ont pris la clé des champs, l’air est lourd, l’atmosphère pèse. Le régime du Marechal Deby entame-t-il le chemin de non-retour ? Evidemment oui. Tous les ingrédients d’une dérive inéluctable sont réunis. Sacrifier les besoins les plus basiques de ses concitoyens pour porter un titre soit – il Marechal.

Deby doit s’indigner. Deby doit écouter sa conscience même s’il a une grosse pierre à la place du cœur. Car c’est une honte pour un homme qui se dit patriotique et avoir consacré toute sa vie à défendre les intérêts tchadiens d’utiliser des milliards de CFA juste pour son honneur alors qu’il manquait ne serait de l’eau potable à ses concitoyens.

Deby compte ses derniers jours comme l’avaient fait Jean BEDEL BOKASSA, Mobutu Sese Seko, Idi Amin DADA. Pas panique. Que cette Assemblée des moutons hâte les pas pour l’accorder une fois avec ce bout de temps qui reste le titre de l’Empereur avant qu’il ne soit trop tard. La chute est imminente. Il y a des signes qui ne mentent pas.

Il est certain que beaucoup de ces griots du genre Jean – Bernard PADARE et dougourous députés n’auront pas le temps de faire leurs valises et d’autres ne pourraient pas bouger d’un iota. La chasse aux sorciers s’annonce. Ce n’est plus le printemps arabe mais les dignes fils du Tchad sont à l’usine pour sortir la marque de fabrique de la revendication tchadienne. La vindicte populaire, la vendetta, la chasse aux sorciers ne seront malheureusement pas être évités.

#ADJIB #Tchad #NDJAMENA #DOUMKEL #maréchal #Africtivistes

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article